works

about

habitat /
construction neuve

lo-ft

M. d'ouvrage: privée | année: 2003 | mission: complète | surface plancher: 280m² | localisation: 92700


Photos : Y.Marchand & R.Meffre | site

Occupation d’une friche urbaine
Construction de 2 maisons et un bâtiment de bureaux à Colombes (92)
(voir Habitat / Collectif)

Lo-ft
Une très petite maison insalubre d’un côté. Un vieux garage abandonné, de l’autre. Quelques poteaux métalliques, une vieille charpente et des photos pornographiques au mur. C’est le site sur lequel nous intervenons. Le terrain est très enclavé entre d’un côté le commissariat de police et de l’autre un tissu pavillonnaire assez dense. Il faudra apporter de la lumière.
Le principe sera le même pour les deux maisons. Un patio entièrement vitré est crée alors que le reste sera opaque (à part une fenêtre dans la cuisine du Lo-ft). Un contraste saisissant naît ainsi entre l’intérieur et l’extérieur. Une intimité inédite est créée.
A part la maison, rien n’est à conserver sinon les dalles au sol sur lesquelles on s’appuiera. Le budget est serré et notre objectif est clair :il faut construire un maximum de surface à moindre coût. Béton, métal et polycarbonate seront les trois matériaux du projet générant le style (si l’on peut dire) inspiré du garage que nous allons démolir, tout en en laissant une trace. Des espaces très fluides et à peine un ou deux détails architecturaux, budget mais surtout volonté des maîtres d’œuvre oblige.Le reste ne sera qu’aménagement intérieur laissé à la discrétion des habitants.
La casa-cachée, construction entièrement neuve restera donc brute et apportera une première réponse à cette obsession d’architecture invisible. D’abord parce qu’elle est vraiment invisible, comme l’ensemble de la construction d’ailleurs dont on ne distingue presque rien depuis la rue, sinon le volume abstrait des bureaux. Ensuite et surtout car elle ne se définit presque que par son espace et la lumière omniprésente, à la limite de la réalité, elle fait penser à une lumière de cinéma. Des espaces très fluides ensuite et à peine un ou deux détails architecturaux, budget mais surtout volonté des maîtres d’œuvre oblige.
Au niveau réglementaire, une copropriété horizontale est créée avec pour seul espace commun le parking extérieur. Il devient un lieu très intéressant du projet puisque les enfants s’y retrouvent pour faire du vélo ou jouer dans un espace neutre. On comprend à travers ce projet qu’une communauté est possible dès lors qu’elle est décente. Dans ce cas elle est plus que décente, chaque logement jouissant d’un séjour d’au moins 70 m², les habitants n’ont jamais le sentiment d’être dérangés par leurs voisins. Alors, une mise en commun d’espaces est possible et devient intéressante pour générer de nouveaux programmes.

retour